Catégories

Quelles sont les différentes techniques de greffe pour les cheveux ?

Quelles sont les différentes techniques de greffe pour les cheveux ?

La perte de cheveux est un phénomène qui peut avoir plusieurs causes. Toutefois, pour de nombreuses personnes, le changement d’apparence qui découle de la calvitie constitue une véritable souffrance. Heureusement, il est maintenant possible de traiter ce mal. En réalité, il est possible de procéder à une greffe de cheveux par le biais de la chirurgie. D’ailleurs, il existe plusieurs techniques pour traiter la perte de cheveux avec cette dernière. Dans ce contexte, cet article présente les différentes méthodes de greffe de cheveux et leurs avantages.

La méthode FUSS (Follicular Unit Strip Surgery)

La FUSS ou Follicular Unit Strip Surgery est une technique de micro transplantation folliculaire avec bandelettes. Il s’agit notamment d’une méthode très utilisée pour se faire greffer des cheveux. Pour ce qui est de la procédure, le chirurgien commence par raser la zone donneuse. Une fois cette démarche effectuée, il pourra prélever une petite bande sur les zones temporales ou au niveau de la nuque. À noter que la bande ne doit pas excéder un à deux centimètres. Dès lors, il refermera la peau en suturant. En ce qui concerne la petite bande prélevée, elle sera découpée sous microscope.

A lire également : Champignon blanc : quelle est la différence entre les champignons de paris blancs et bruns ?

Cela va notamment permettre d’extraire une par une, deux par deux ou quatre par quatre les unités folliculaires. Après la découpe, le chirurgien replante les unités folliculaires de façon désordonnée grâce à une aiguille spéciale. En réalité, les planter dans l’ordre mettrait en lumière une chevelure non naturelle. Aussi, pour que le résultat soit le plus naturel possible, les micro-greffes implantées doivent être relativement espacées vers l’arrière et serrées vers l’avant. Il est important de noter que cette technique de greffe de cheveux convient parfaitement à une personne souffrant de calvitie modérée ou faible.

La méthode FUE (Follicular Unit Extraction)

La méthode FUE ou Follicular Unit Extraction consiste à prélever les greffons à l’unité dans la zone donneuse. Pour cela, le chirurgien commence par raser la nuque du patient. Par la suite, il viendra retirer des bulbes en utilisant un outil dédié à cette fin. Il s’agit notamment d’un bistouri doté d’un micro-cylindre de 1 à 2 mm de diamètre. Dès lors, il commencera à replanter les bulbes sur les zones touchées par la calvitie, tout en veillant à ce que les greffons soient serrés.

A découvrir également : L’hiver approche, comment se maquiller ?

Le médecin devra également tenir compte de la disposition naturelle du cuir chevelu durant cette étape cruciale. Bien que cette opération laisse visible la nuque rasée, elle ne laissera aucune cicatrice visible à l’instar de la méthode FUSS. Ce type de greffe de cheveux se fait généralement en 5 heures minimum. Entre 2 000 et 3 000 greffons seront plantés sur chaque séance.

La méthode FUE automatisée

La méthode FUE automatisée est une variation de la méthode FUE. En réalité, la principale différence réside dans l’instrument utilisé pour effectuer la greffe de cheveux. Aussi, une fois la nuque du patient rasée, le médecin utilisera un instrument qui permettra d’aspirer automatiquement les bulbes au lieu du bistouri. Par la suite, il procèdera à la réimplantation des bulbes extraites en veillant toujours à maintenir un bon intervalle pour reproduire la disposition naturelle des cheveux.

Avec cette méthode de greffe, les séances durent généralement moins longtemps qu’avec la méthode classique. De plus, l’aspiration par le biais d’une machine permet de garantir la bonne santé des bulbes. Il est important de noter qu’il s’agit d’une opération qui convient particulièrement aux personnes qui ont un léger dégarnissement ou une chute de cheveux peu accentuée.

La FUE sans rasage visible

Bien que la méthode FUE débute généralement avec le rasage de la nuque, il existe une variation de cette technique qui permet de cacher le prélèvement des greffons. En réalité, le médecin procède toujours au rasage, mais de façon plus détaillée. Pour ce faire, il retire des micro-bandelettes en rasant la nuque de manière étagée.

Cela permet notamment de cacher chaque zone rasée par les cheveux de la partie supérieure. Il prélève ensuite les greffons, puis les implantes à l’aide d’une aiguille spécifique comme avec la méthode classique. Il est important de noter que la greffe de cheveux constitue un acte chirurgical relevant de la chirurgie esthétique. Par conséquent, il s’agit d’une opération qui est uniquement proposée au sein de cliniques agréées par la Haute autorité de santé.

La greffe de cheveux à partir de la barbe ou du corps

La greffe de cheveux à partir de la barbe ou du corps est une technique qui commence à être de plus en plus utilisée. Elle consiste tout simplement à prélever des poils ailleurs que sur le cuir chevelu pour les transplanter sur cette zone dégarnie.

Cette méthode présente plusieurs avantages, notamment celui de permettre la transplantation chez des patients n’ayant pas assez de densité capillaire dans leur zone donneuse habituelle. Les zones donneuses potentielles peuvent comprendre divers endroits du corps comme la barbe, le torse et même les jambes.

Malgré ses nombreux avantages offerts aux patients souffrant de calvitie avancée, cette technique reste encore peu répandue par rapport aux autres méthodes existantes. Vous devez consulter un spécialiste avant toute prise décisionnelle quant au choix définitif d’une solution adaptée à votre situation personnelle !

Les risques et les précautions à prendre avant une greffe de cheveux

Comme toute intervention chirurgicale, la greffe de cheveux comporte des risques et nécessite certaines précautions avant l’opération. Il faut choisir un médecin qualifié pour éviter les complications post-opératoires. Il faut aussi être en bonne santé générale pour minimiser les risques liés à l’anesthésie.

Il faut arrêter de fumer au moins deux semaines avant l’intervention et pendant la période post-opératoire afin d’améliorer le processus de guérison et diminuer les risques infectieux.

Il faut consulter avec son chirurgien plastique. Ceci permettra à ce dernier d’évaluer adéquatement le dossier médical du patient et de déterminer s’il y a des contre-indications face à une éventuelle opération.

Une fois ces précautions prises, suivre attentivement les instructions données par votre spécialiste tout au long du processus vous assurera une récupération rapide sans aucun effet secondaire notable.

Articles similaires

Lire aussi x